La Presse + Du punk et des fleurs

Du punk et des fleurs

Cofondateur de l’événementiel Espace [im]média, un événement d’arts médiatiques à Sherbrooke, l’artiste Sébastien Pesot expose à la Galerie Dominique Bouffard le résultat d’une réflexion sur l’influence de la musique dans sa vie. Anatomie du bling est présentée jusqu’au 9 mai.

Près de la porte d’entrée de la galerie, Sébastien Pesot a dessiné un diagramme heuristique, liant mots et concepts tels que philosophie, anarchie, chaos, nature morte, musique, détournement, athéisme et art. Des thèmes qui rejoignent l’être qu’a été et qu’est devenu Sébastien Pesot. Un gars passionné de musique et d’art qui a connu sa période punk, un mouvement qui l’a nourri, lui apprenant à penser et agir par lui-même (le fameux Do it yourself) et à tenir tête aux courants qui ne font que passer.

«Je me suis dit qu’il fallait que j’assume le fait que le punk me nourrissait de différentes manières, dit-il, en entrevue dans la galerie. En ce qui concerne la façon dont je vois le monde, mais aussi la manière dont je fais mon art.»

Le plasticien post-punk de 43 ans (qui a cofondé le centre d’artistes autogéré Perte de signal en 1997) enseigne la vidéo d’art, l’animation et l’infographie à l’Université de Sherbrooke depuis 13 ans. Mais avant de tâter de la sagesse, il a joué de la batterie dans des groupes. Après avoir longtemps tourné l’objectif vers les autres, il a commencé à considérer son moi comme sujet de sa démarche artistique.

Conceptualisée il y a deux ans, son expo chez Dominique Bouffard consiste en une installation vidéo sur quatre écrans et en une dizaine de photographies, toutes des oeuvres consacrées au potentiel plastique des cordes d’instruments, un hommage à ses chumsguitaristes et à sa passion pour la musique.

Le titre de l’expo, L’anatomie du bling, réfère au jeu de l’instrument, à l’effet bling-bling qu’il peut inspirer et, en même temps, à la démarche scientifique, quasi médicale, de l’auscultation qu’il a pratiquée sur des cordes d’instruments.

Ses photos très travaillées numériquement montrent des enchevêtrements de cordes de guitares électriques, de basses et de violons, de différentes grosseurs. Dans une des photos, la main de l’artiste tient des cordes. Dans une autre, les cordes sont surmontées du slogan There is no authority but yourself. Avec Bling 06, les cordes sont tenues en bouquet. Des photos très léchées, presque trop, en tout cas loin du style voyou des banlieues ouvrières de Londres.

La vidéo de six minutes, très esthétique, montre quant à elle, sur quatre écrans, les effets du frottement sonore de plusieurs cordes de guitare, d’une craie ou d’un crayon de graphite sur quatre supports différents : le granite, l’acier, le bois et le papier. Il écrit, il griffe, il raye, il fait des ronds ou signe pour laisser sa trace. On retrouve aussi le goût de Pesot pour le rythme avec ses doigts qui composent un environnement sonore. Une vidéo conceptuelle très plaisante et des photos en hommage à l’homme qu’il est et à celui qu’il n’est pas.

_______________________________________________________________

Anatomie du bling, à la Galerie Dominique Bouffard (édifice Belgo, 372, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal, Qc) jusqu’au 9 mai.

Sébastien Pesot est présent ce week-end à la foire Papier, qui se tient au Complexe De Gaspé (5445, avenue De Gaspé) jusqu’à dimanche, 19 h.

Le mal floral

En même temps qu’Anatomie du bling, Pesot présente à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal l’exposition Le mal floral. Une étude originale sur la beauté intrinsèque de fleurs trouvées près de chez lui, en Estrie. Des fleurs décontextualisées, considérées comme des natures mortes, photographiées de si près qu’elles ont l’aspect d’un tableau, d’un oeil ou d’une cellule. Un regard singulier, un style simple au rendu très délicat, là aussi plutôt loin de Sid Vicious…

Mal floral, à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, jusqu’au 26 avril.

 

Lire l’article sur le site de La Presse

Partager

Gallery

15-04-La-presse+
15-04-La-presse-

Recherche