La Tribune: Cordes sensibles

(SHERBROKE) Sébastien Pesot le reconnaît : il n’y a plus grand-chose de punk dans sa vie. Il nourrit deux petites bouches, enseigne à des universitaires et, depuis une semaine, habite la salle principale d’un musée des beaux-arts.Si on veut trouver des restes d’anarchie ou de résistance, il faut chercher ailleurs. Dans son oeuvre.

Lire la suite du texte de Laura Martin http://www.lapresse.ca/la-tribune/arts/201502/27/01-4847927-cordes-sensibles.php

Partager

Recherche