Crash

Documentation photo de l’exposition à la Maison de la culture Frontenac: Alain Lefort

Évoluant comme artiste dans l’univers de l’image en mouvement, Crash est la première série d’impressions sur papier présentée par Sébastien Pesot. Le type de cymbale numérisé pour cette série fait le pont entre le passé de percussionniste de l’artiste et sa pratique actuelle. Les images représentent ici le passage du son et du temps, mais aussi celui d’une pratique à une autre. Dans cette série, l’artiste nous fait découvrir la matérialité des cymbales. Ainsi, il est possible de voir les aspérités formées dans cette matière, les surfaces frappées par les baguettes, les fissures, les sillons sur certaines, etc. Sans entendre le son que les cymbales émettent, il est possible d’imaginer que ces changements dans leur aspect affectent leur sonorité. Ce rapprochement, qui met l’accent aussi sur la rondeur, évoque tout à la fois l’oeil, une planète. Les trous, décontextualisés, peuvent être interprétés comme le « crash » d’une masse dans cette matière organique composée de métal. L’artiste y voit également dans ces ouvertures sombres le creuset d’une intrigue métaphysique. Il est aussi question du passage du temps, celui-ci marquant le tempo lors de l’utilisation en temps réel, mais dans ce contexte, il fixe les instruments dans un moment précis, il les matérialise. Si jadis, les coups portés sur les cymbales pouvaient sembler violents, leurs images ainsi immortalisées deviennent poétiques.

Manon Tourigny, Matthieu Gauvin et Sébastien Pesot

Lire le texte Images sonores de Claire Moeder dans Rats de ville.

Lire l’article Opus Post-Punk de Karine Tremblay.

Lire κύμβαλον la critique de Sébastien Cloutier.

L’artiste remercie le Centre Sagamie pour la résidence d’artiste.

Voir Crash 1 en haute résolution

Partager